Le passé et l’avenir en 2022

Le rétrospectif de 2021 a montré combien des connaissances importantes et nouvelles peuvent être acquises grâce à l'accès à des ensembles de données météorologiques historiques mondiaux et à un mécanisme d'extraction puissant.

Notre bilan météorologique de 2021 a montré quelques extrêmes de température intéressants :

  • Maximales de température mesurés : 54,4°C à Furnace Creek, Californie, USA, le 11 juillet 2021. L'archive de simulation a montré 47°C au niveau de la cellule de modèle de 568 mètres, ce qui correspond à 52°C calculés pour 67 mètres en dessous du niveau de la mer. Les températures en Amérique centrale et du Sud sont restées inférieures à 45°C en 2021.
  • Dans le monde entier, la température maximale simulée de 53,5°C a été enregistrée le 26 juillet 2021 à Sayyid 'Alī, dans le sud-est de l'Irak, à 6 mètres au-dessus du niveau de la mer. Des maxima similaires ont été enregistrés dans la région environnante. En Sibérie centrale, des températures proches de 40°C ont été atteintes.
  • En Afrique, les températures ont surmontées les 50°C dans les régions du nord du Maroc et de l'Algérie, ainsi que dans le Sahara, où elles sont restées à ce niveau pendant plus d'un mois.
  • En Europe, les températures les plus élevées de 48°C ont été atteintes dans le sud-ouest de l'Espagne.
  • En Océanie, les températures les plus élevées de 47,8°C ont été atteintes dans le nord-ouest de l'Australie.
  • Les températures les plus basses ont été détectées en Antarctique : sur les hautes plaines à plus de 3000 mètres d'altitude, les températures sont descendues à -82,9°C. Les températures les plus froides de l'hémisphère nord ont été enregistrées au Groenland (-65°C).

Félicitations aux nombreux utilisateurs qui ont identifié les endroits les plus chauds. Ils reçoivent tous un abonnement gratuit de point+ pendant 1 an, ce qui leur permet de parcourir entièrement nos archives.

Les résultats des précipitations ont montré la variabilité de ce phénomène et une déviation par rapport aux modèles connus : 

  • Le volume de précipitations annuelles simulées le plus élevé a été enregistré dans la région d'El Ocal, dans le nord de la Colombie, avec 17'150 mm.
  • La région qui a enregistré le deuxième volume le plus élevé est Danatum, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, avec 14 447 mm.
  • La région avec les troisièmes volumes les plus élevés a été trouvée dans le centre du Costa Rica, avec 13'012 mm.
  • Les versants sud de l'Himalaya ont reçu moins de 6000 mm, en raison d'une saison de mousson plus courte en 2021. 

Les mesures des précipitations peuvent bien sûr différer de ces valeurs régionales. L'un des principaux avantages des simulations est qu'elles permettent de détecter des différences sur de plus vastes zones et périodes.

Toutes ces données et bien d'autres sont directement accessibles à nos clients professionnels via notre Dataset API.

Pour les utilisateurs qui souhaitent suivre plus d'extrêmes - ou simplement le temps actuel - gratuitement, vous pouvez consulter notre nouvelle page de "Météo aujourd'hui", où vous pouvez désormais également consulter les mesures des 3 derniers jours dans les cartes satellites - ou directement dans nos cartes météo, pour les températures et les précipitations.


Nous prévoyons de continuer à élargir notre offre et espérons vous servir encore mieux en 2022.

Comments

Posté le 15/01/2022 20:21:58 par alize (Blogger qualifié)

Très intéressante rubrique, mais un petit problème de saisie du titre. L'avenir semble brouillé, j'espère que ce n'est qu'un petit dérapage et pas un présage...

Écrire un commentaire

Vous avez besoin d'un compte meteoblue pour commenter un article